William et Cie

Mary et Charles Lamb sont frère et soeur, londoniens, bien éduqués, intelligents mais sans guère de perspective d’avenir par manque de fortune. Lui occupe un poste sans intérêt dans un bureau quelquonque et se distrait le soir de pub en pub avec un petit groupe d’amis. Elle, reste confinée dans la maison, dissimulant au monde son visage marqué de petite vérole, s’ennuyant à mourir. Lorsqu’un jeune libraire, William Ireland, leur livre à domicile un ouvrage ayant appartenu à Shakespeare lui-même, débute une étrange amitié littéraire entre ledit William et la fantasque Mary. D’autant que, de par sa profession, le jeune bouquiniste a accès à bien d’autres trésors. Bientôt il confie avoir découvert, entre autres documents signés du Barde, une pièce complète et que l’on croyait perdue…

Peter Ackroyd est un auteur britanique prolifique, particulièrement connu pour ses biographies dont celles des monuments que sont Dickens, Shakespeare et Londres. Sans doute son intime connaissance des écrits du grand Will et de la littérature anglaise est-elle à l’origine de cette farce quelque peu cruelle qui fait revivre pour nous le Londres intellectuel mais un tantinet crasseux de la fin du XVIIIe siècle. A partir de l’histoire somme toute tragique de Mary et Charles Lamb, célèbres entre autre pour avoir écrit à quatre mains les fameux contes de Shakespeare (que tout écolier britanique se doit, dit-on, d’avoir lu) Peter Ackroyd brode une fantaisie littéraire faite de vers shakespeariens, de péroraisons avinés, de piques acidulées en direction de supposés « experts » littéraires et d’une peinture assez poignante de ce que pouvait être, à l’époque, le carcan d’une certaine jeunesse avide d’indépendance intellectuelle et de liberté créatrice mais prisonnière des convenances, des désidératats familiaux ou tout simplement de la faiblesse de ses moyens. Malheureuseusement certaines frustrations ne se compensent pas aisément et des actes que l’on croyait sans conséquence peuvent déclencher des réactions plus qu’inattendues. Ackroyd rend ici un bel hommage au Barde, chantre de toutes les libertés, dans un roman tout en légèreté. Séduisant !

 

William & Cie – The Lamb of London – Peter ackroyd – 2004 – traduit de l’anglais par Bernard Turle 2006 edition Philippe Rey

 

L’avis de Lou (de myloubook) et de Papillon

 

PS : J’ai lu partout que ce roman se passe au XIXe, mais si j’en juge par la date du fameux drame de la vie des Lamb qui sert de prétexte au roman, il se passe plutôt dans les années 1790… (je vous intrigue là ?)

PPS : Je connaissais déjà le nom de Charles Lamb par Helen Hanff du 84 charing cross road et par le Cercle littéraire des amateurs de tourtes aux amateurs d’épluchures de patate, il va falloir que je le lise un de ces jours…
PPPS : La fameuse pièce n’est PAS Peines d’amour gagnées mais il en est question, à bon entendeur…

Ce contenu a été publié dans roman britanique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à William et Cie

  1. Karine:) dit :

    Je l’avais déjà noté, celui-là… et bien entendu, maintenant, il me le faut!  Shakespeare, des aventures… ça me convient tout à fait!

  2. Le Papou dit :

    Ouais ! Bof !  Ça ne me tente pas . M’a l’air d’un livre pour jeune fille. Et pour le Béotien, autre avatar du Papou, Shakespeare* re-bof! To read or not to read, that’s the question?

    *avec une exception : A toi de trouver laquelle ?

    • yueyin dit :

      euhhh c’est là que je me rend compte que j’ai complètement raté mon billet bon… je vais quand même pas le réécrire mais non ce n’est pas un roman pour jeune fille (quelle que puisse être la définition du genre) Les faits sont tout ce qu’il y a de plus glauques, comme je le disais c’est plutôt un genre de farce cruelle autour d’un evenement réel tout ce qu’il y a de plus angoissant en fait mais la prose d’Ackroyd en fait un sujet de dérision et d’humour bon je ne dis dis pas que tu aimerais remarque… je ne pense pas !

      alors l’exception… sait pas ! y’a un hibou dans une des pièces ?

  3. Joelle dit :

    J’avais noté la version VO chez Papillon mais maintenant j’ai aussi le titre français grâce à ton billet 😉

  4. vilvirt dit :

    Ton billet me donne envie ! Je note celui-ci aussi !!

  5. mango dit :

    Je ne connais cet auteur que pour la biographie de Dickens que je voudrais bien avoir le temps de commencer . Ce roman-ci  pourrait bien me plaire aussi! 

  6. Le Papou dit :

    Alors là ! s’il y a un hibou…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *