Le pavillon rouge

De retour d’un voyage dans la capitale, le juge Ti accom- pagné de son fidèle Ma Jong (j’adore écrire ce genre de phrases!) doit s’arrêter une nuit dans l’île du paradis, territoire consacré uniquement aux plaisirs, du jeux, de la nourriture et surtout de la compagnie féminine. L’île jouit de privilèges un peu particuliers et d’une atmosphère pour le moins frivole qui ne sont pas vraiment du goût de notre austère magistrat. Celui-ci espère bien passer le moins de temps possible en ces lieux quand son agréable collègue, le pétulant magistrat Lo, lui demande comme une faveur de résoudre à sa place un cas tout simple de suicide : le moyen de refuser ?

Cette enquête atypique dans un endroit entièrment consacré au plaisir sera l’occcasion tant pour le juge que pour Ma Jong de voir la noirceur derrière le joyeux clinquant de la fête et la dure condition qui se cache sous les atours chamarrés des courtisanes.

Le pavillon rouge est une très belle aventure, une des dernières écrites par l’auteur. Elle réalise le tour de force de s’inscrire parfaitement dans la continuité de la série tout en annonçant l’avenir de Ma Jong (j’adore ce clin d’oeil mais ceux qui n’ont pas encore lu le motif du saule le comprendront plus tard) et en campant quelques personnages secondaires inoubliables. Que ce soit la magnifique reine des fleurs de l’île aussi vaine qu’ambitieuse, les deux compères chargés de la sécurité des maisons de jeux, le crabe et la crevette, qui nous valent une scène de combat d’anthologie ou les deux inattendus protagonistes d’une histoire d’amour et de vengeance aussi tragique que déchirante. C’est ce genre de tour de force qui font des romans servis par la plume alerte et la méticulosité de Van gulik, des modèles du genre : drôles et sombres, légers et érudits. Un de mes préférés !

Le pavillon rouge – Robert Van Gulik – 1960 (?) – traduit du néerlandais par Roger Guerbet
1967

Mon très estimé partenaire dans ce golden challenge, Thom, publie aujourd’hui son avis sous sa nouvelle bannière : le Golb 2.0… Vous pouvez accéder à ses précédents avis en cliquant sur ce bouton

Dans les épisode précédent
Les enquêtes du juge Ti
Trafic d’or sous les Tangs
Le paravent de laque
Meurtre sur un bateau de fleurs

Le monastère hanté
Squelette sous cloche

Ce contenu a été publié dans Polar. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Le pavillon rouge

  1. Thom dit :

    J’avoue que je ne m’attendais pas vraiment à ce que nos avis divergent sur celui-ci, c’est donc sans surprise que je constate que nous partageons le même ravissement. Ceci dit… va vraiment falloir qu’on finisse par se chamailler, parce que bon, ça va finir par devenir chiant (déjà que notre duel n’intéresse personne à part Xavier 🙁

    • yueyin dit :

      C’est que ce n’est pas un duel, plutôt un pas de deux :-))) D’un autre côté on a choisi de relire les juge Ti parce qu’on adore tous les deux – pour le plaisir donc – le résultat était donc assez prévisible 😉 mais bah c’est bien agréable même si ça n’intéresse pas grand monde 🙂

  2. Florinette dit :

    Mais avant de lire cette histoire, ô combien tentante, il y a tous les précédents épisodes à découvrir et je manque cruellement de temps pour ça !
    Bonne journée Yueyin ! 🙂

  3. Xavier dit :

    salut!
    je passais par là, j’ai vu de la lumière, alors je me suis permis de lire cette chronique.
    Il y a quand meme au moins une différence entre vous, et elle est d’importance concernant cette série; cette différence fait que, là ou Thom fait part de ses souvenirs émus des courtisanes Gullikiennes, Yueyin relève leur dure condition…
    au fait c’est quoi les prochains?

    • yueyin dit :

      Salut Xavier et bienvenu,
      Ah oui je suis sans doute moins sensible que thom aux charmes des belles courtisanes et je n’ai même pas Tsiao tai pour me consoler dans cet opus 😀
      Le prochain se passe à Pou Yang même et s’intitule la perle de l’empereur, c’est aussi accessoirement le tout premier que j’ai lu et donc la source de mon addiction… ensuite, toujours lié à Pou Yang, il y a deux ‘juge ti en voyage’, le collier de la princesse et assassins et poètes où cette fois le juge résout une affaire à Tchin Houa, chez le magistrat Lo lui-même !!!
      Après il change de district :-)))

  4. Isil dit :

    Beuh non moi aussi je m’intéresse! Je ne laisse pas de commentaire mais je note. Je m’y remettrais volontiers aux aventures de juge Ti. J’ai déjà lu et apprécié « Trafic d’or sous les Tang » et un autre dont j’ai oublié le titre.

  5. Aifelle dit :

    J’ai lu plusieurs « juge Ti » jadis et j’aimais bien. Je ne me vois pas trop m’y remettre maintenant, mais j’ai peut-être tort.

  6. Mo dit :

    plus je vous lis tous les deux,plus j’ai envie de lire tous les Ti dans l’ordre!!
    Et sinon? Ben je t’ai taggée…

  7. Constance 36 dit :

    Décidément cette collection regorge de trésors et je suis ravie de n’avoir jamais lu de juge Ti je vais pouvoir essayer de les découvrir dans l’ordre !

  8. Manu dit :

    Tu vas finir par me donner envie de découvrir cette série 🙂

  9. lael dit :

    j’ai déjà entendu parler de ce juge Ti!! que de plaisir à le retrouver chez toi! ton billet est un petit bonheur! et chapeau car je ne suis pas vraiment attirée par ce genre de lecture!! bonne soirée à toi!

    • yueyin dit :

      Ah le juge Ti et moi c’est une loooonnnnngue histoire 🙂 Du polar historique certes, pour amateur donc… quoique il plaise aussi à des lecteurs peu attiré par le genre 🙂 bonne soirée !

  10. Nag dit :

    Je vais découvrir le juge Ti cette année, via le défi Littérature policière des 5 continents. j’espère que cela me plaira!

  11. Nag dit :

    Ma 1ère lecture du défi a été un peu décevante et pourtant, on m’en disait du bien alors je suis plus prudente 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *