Pseudo-sonnet pessimiste et objurgatoire

Oups ! J’ai raté le dimanche poétique de Celsmoon, tss tss… comment se fait-il ? Une absence, un oubli., que sais-je ? Mais bon, chose promise, chose due, voici un autre sonnet de notre délicieux Georges Fourest dont je vous parlais déjà la semaine derière à propos du cid

Itaque multi exstitere qui non nasci optimum
senserunt aut quam citissime aboleri
Pline l’Ancien

Père qui m’engendra du tarse au metacarpe
malgré Shopenhauer et la loi de Malthus ; –
toi, mon appartement lorsque j’étais foetus,
ma Mère : – et toi, Parrain dénommé Polycarpe ; –

maître qui m’enseignas (oh ! merci !) que la carpe
est un cyprinoïde et qu’en latin hortus
traduit le mot jardin – Flamande sans astuce*,
nourrice au lait crémeux, simple enfant de la Scarpe ; –

prêtre qui m’aspergeas de l’eau de baptistère
et par qui je connus (sublime et doux mystère !)
vers l’âge de douze ans, la saveur du Sauveur,

hélas ! ne pouviez-vous, me prenant par l’échine,
quand je bavais, môme gluant, déjà rêveur,
m’offrir à des cochons, comme l’on fait en Chine ?

Georges Fourest (1867-1945)

*Rime audacieuse, j’aime à le croire (note de l’auteur)

Ce contenu a été publié dans poèmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à Pseudo-sonnet pessimiste et objurgatoire

  1. Celsmoon dit :

    Ses poèmes me font rire !

  2. lou dit :

     
    Et j’oubliais, c’est « censerent » et non pas « senserunt », on aura rectifié 🙂
    Il aurait mioeux fait de mettre des xxx partout !
     

  3. lou dit :

     
    J’ai annoncé que j’allais passer ce nouveau clavier à l’acide.
    Je vais le faire.
    Un jour.
     

  4. lou dit :

     
    Dans son Histoire naturelle, Pline l’Ancien évoque la misère de l’homme et sa fragilité par comparaison avec la condition des animaux. L’homme, pour son malheur, connaît sa misère.

    Itaque multi exstitere qui non nasci optimum censerent aut quam ocissime aboleri.
    C’est pourquoi d’aucuns ont pensé qu’il vaudrait mieux ne pas naître ou bien aussitôt disparaître.
    Pline l’Ancien, Naturalis historiae, VII, 4

    Adaptation libre par Michel Audiard dans Les Tontons flingueurs :
    Théo : … pst, das ist vorbei. Eschyle, quatrième siècle avant Jésus-Christ.
    Henri : On naît, on vit, on trépasse… c’est comme ça pour tout le monde. 
    Raoul Wolfoni : Pas forcément ! Enfin, je veux dire : on meurt pas forcément dans son lit ! Ben voyons !
     

    • yueyin dit :

      Ahhh merci, je me doutais bien d’une chose de ce genre mais je n’étais pas sûre… C’est bien pensé décidément mais ce n’est pas malin, maintenant j’ai envie d’en savoir plus sur Pline et son histoire naturelle, comme je te le disais nous avons un livre d’illustrations de Una Woodruff inspiré pas lui, mais il ne contient que de courts extraits… tss tss

      Bien entendu j’aime l’adaptation d’Audiard,mais était-ce besoin de le préciser 😉

  5. lou dit :

    L’accord 2è personne du singulier est logique : l’antécédent est « toi ».
     

  6. tina dit :

    J’adore !
    c’est quoi le titre du recueil dont tu as issu ce sonnet ? Je ne connais pas du tout.
    Au fait, on m’a offert le dernier Carlos Ruiz Zafon (le jeu de l’ange) pour mon anniversaire…. Niark !

    • yueyin dit :

      La negresse blonde suivi du géranium ovipare (je ne crois aps qu’il ait écrit d’autres recueils)… je ne t’ai jamais montré ça ?
      Pour le Zafon, je l’ai offert à Choupy pour son anniversaire, quelle fourberie n’est-il pas ?

  7. tina dit :

    Et merci à Lou pour sa traduction… Et ses références aux tontons flingueurs.

    • yueyin dit :

      Oui il est bien pratique d’avoir un Lou à qui demander ce genre de chose :-)))) si jamais ma blondinette tombe sur ce commentaire, il n’a pas fini le pauvre de recevoir des appels à l’aide (d’habitude c’est moi qui l’aide pour ses versions latines, autant te dire que ça phosphore un max…)

  8. tina dit :

    Très très fourbe, effectivement.
    Mais c’est pour la bonne cause, du coup, parce qu’il ne figure pas dans ta « nouvelle pal ». Je me gausse.

    Quant aux versions latines, je crois que maintenant, j’en serais incapable. cela dit, en finissant de vider l’appartement de ma mère, j’ai retrouvé mon Gaffiot… Donc bravo à toi pour le soutien à la puce.

    • yueyin dit :

      ohhhh un gaffiot, est-ce qu’une des tes filles fait du latin ? parce que sinon je te ferait bien un emprunt à long terme, le mein de gaffiot est à montréal et je n’arrive jamais à le ramener question de poid 🙁

  9. lou dit :

     
    Yueyin,
    non ! je n’ai pas arrêté, avec l’aide de Roselyne et grâce à vos cotisations, travailleuses, travailleurs, pour recommencer !

    Et puis… tu connais le 227-7 ? Deux ans de geôle et 30.000 euros d’amende. Oui, le détournement de latiniste majeur, ça s’appelle.
    Et comme je suis ton cousin, en plus…
     

    • yueyin dit :

      oh oh petit joueur, attention ton latin va rouiller :-))) mais bon de toute façon je ne dirai rien, je suis d’une discrétion à toute épreuve, je continuerai à souffrir en silence et à malmener la latine langue qui n’en demande pas tant, j’en suis sûre, la dernière fois nous avons torturé Ovide, l’art d’aimer, c’était drôle…
      – MAis ce mot là c’est un nom ou un verbe ?
      – Ben chais pas
      – Tu devrais tu fais du latin
      – Ah oui mais je connais pas cette terminaison
      – bon cherchons, passe moi ton livre
      et ainsi de suite

      (me faire chercher des articles de lois à cette heure, serais-tu sans pitié ;-))

  10. lou dit :

     
    oh oh petit joueur
    C’est vrai, je ne suis pas joueur, mais ce que j’ai fait pour David Le Marrec, je veux bien le faire pour ta petite joueuse, je l’ai fait, ça se tient encore.

    Ovide, ne me parle pas d’Ovide ! Catulle, si tu veux.

    La famille :)))

    [comment gagner plus en travaillant moins, ce n’est pas en ligne avant midi, au moins]
     

    • yueyin dit :

      Lablondinette a commenté à l’oral : c’est bon pour les version alors ?

      Je viens d’aller lire l’article en lien, tu me fais lire des choses étranges tu sais (et je ne parle même pas des commentaires !!!), tu as traduit le texte de Benoit XVI c’est bien ça  ???? effectivement tu ne risques pas trop de rouiller en fait !!!!

  11. lou dit :

     
    Tu as tout compris, Yueyin.
    Lablondinette n’a rien compris. Mais… est-ce bien elle qui a fait ce commentaire ?
     

    • yueyin dit :

      Bien sûr que non, la blondinette a dit :  je vais lui envoyé toute mes versions maintenant (sic), j’avais adapté :-)))) mais cela ne veut pas dire qu’elle le fera heureusement pour toi (sauf bien sûr si nous séchons sur Catulle !)

  12. lou dit :

     
    Ton incompréhensible cousin est seulement incompris 😉

    Il reste que le plus beau de La Négresse blonde, c’est le Pseudo-sonnet que les amateurs de plaisanterie facile proclameront le plus beau du recueil.

    Je ne donne que le second quatrain (les droits d’auteur !)

    Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx *

    * Si j’ose m’exprimer ainsi ! (Note de l’auteur)

    Sur « citissime », Fourest fait une faute : c’est « ocissime » (que Pline aime bien). « Citissime » (à peu près le même sens) est rarissime ; même chez Pline il ne doit y avoir que deux ou trois occurences.
     

    • yueyin dit :

      J’avais pensé le citer celui-là mais j’ai eu peur d’être incomprise 😀

      Justement, est-ce que tu pourrais me traduire ce passage de Pline, mon latin est un peu rouillé et je n’ai pas toruvé sur internet ni dans les extraits illustrés de notre Inventorum natura tss tss…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *