Le Premier Jardin

Après des années d’errance théâtrale qui l’ont rendue célèbre en Europe, Flora Fontange se voit offrir un rôle à Québec dans la pièce de Samuel Beckett Oh les beaux jours, l’occasion pour elle de retrouver les lieux de son enfance – qu’elle a soigneusement évités depuis fort longtemps – et de retrouver sa fille, jeune adulte qu’elle sent s’éloigner d’elle. Deux occasions redoutées qui vont l’entrainer dans  une étrange balade à travers la ville et les profondeurs de sa mémoire et peut-être lui permettre de se retrouver voire de se réconcilier avec son histoire et avec elle-même…

Lire un Anne Hébert est toujours un bonheur et Le Premier Jardin ne fait pas exception à la règle. Cet été j’ai eu le bonheur de suivre une promenade littéraire à Québec sur les pas des écrivaines qui en ont écrit. C’est là que j’ai entendu parler de ce roman et je savais – je savais – qu’il me fallait le lire. J’ai adoré me promener à nouveau dans la vieille ville sur les pas de Flora, femme vulnérable, blessée qui depuis des années fuit dans les personnages qu’elle incarne pour éviter d’être elle-même – ou peut-être pour se pardonner de ne pas s’être soumise à ce qu’elle aurait du être comme l’ont fait tant de femmes anonymes et dévouées dans l’histoire de cette ville. C’est magnifiquement écrit, superbement mis en scène – si j’ose dire – dans l’exceptionnel décor qu’est la ville de Québec, et le personnage est étonnamment attachant sous ses apparentes superficialités de femme-enfant. Un magnifique roman sous le signe du temps qui passe et de la réconciliation intime. Excellent !

Le premier jardin – Anne Hébert – 1988 – Le Seuil 200

*ce n’est peut-être plus la journée (je me suis un peu perdue dans les LC), mais Anne Hébert est une immense écrivaine et compte parmi les classiques de la littérature québécoise.

**de la même auteure dans ces pages : Kamouraska, Il y a certainement quelqu’un (poème)

***un jour j’écrirai mes billets en retard sur Les fous de Bassan et Les chambres de bois si si si

Ce contenu a été publié dans Québec en novembre, roman québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Le Premier Jardin

  1. Anne dit :

    Je n’ai lu que Les fous de Bassan jusque là (oh oui j’aimerais connaître ton avis), j’ai Kamouraska dans la pile et… je note ce titre-ci 😉

  2. Aifelle dit :

    Je n’ai jamais lu cette auteure. Une lacune assurément ..

  3. Je garde un bon souvenir de Kamouraska. Merci pour le conseil.

  4. Sandrine dit :

    Est-ce que le charme opère aussi quand on ne connait pas la ville ?

  5. jerome dit :

    Ce serait une parfaite occasion de retourner me balader dans les rues de Québec !

  6. isallysun dit :

    je ne sais pas, je ne suis pas certaine.
    Merci encore pour l’organisation 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *