La Nature de la bête

gamache_11_naturedelabete_portrait1466711352Laurent Lepage est un petit garçon à l’imagination débordante, trop peut être. Pas de jour sans qu’il annonce une invasion extraterrestre, une armée d’arbres en marche où un tragique enlèvement. Aucun habitant de Three Pines ne prête plus attention à ses annonces dramatiques, alors un gros canon chevauché par une bête monstrueuse, non vraiment… Seulement Laurent disparait et certains commencent à se demander si pour une fois, Laurent n’avait pas vraiment vu quelque chose.

Le désormais ex-inspecteur-chef Gamache coule toujours une retraite paisible avec sa femme à Three Pines, ce village des Cantons de l’est qui ne se laisse découvrir que si l’on se perd. Sa famille l’y rejoint souvent et ses amis-voisins sont fidèles au poste. Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais depuis une dizaine de romans, il apparait clairement que Three Pines est aussi idyllique que mortel étant donné le nombre de meurtres proprement impensable qui s’y déroulent. Notre ex-inspecteur, son ex-équipe et ses ci-devant voisins se retrouvent donc embarqués dans un nouveau mystère autour de morts inexpliquées, d’une pièce de théâtre peut-être maudite et d’un improbable et mythique canon géant qui n’aurait jamais dû exister. Lire un Louise Penny me fait l’effet d’une tasse de thé bien chaud (de chocolat, de grog, de whisky pur malt – rayez les mentions inutiles) dégusté près d’un feu de cheminée pétillant, quelque chose d’infiniment agréable et douillet. Je ne m’en lasse pas. Charmant !

La nature de la bête – Louise Penny – 2016 – Flammarion Québec

Dans la même série précédemment…

Le Long retour

La Faille en toute chose

Les Aventures de l’inspecteur-chef Gamache

 

Ce contenu a été publié dans Polar, roman québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à La Nature de la bête

  1. Aifelle dit :

    Dire que je n’en ai lu aucun ! il me faudrait plusieurs vies …

  2. Anne dit :

    Je ne te lis qu’en diagonale, j’ai bon espoir de sortir un jour Louise Penny des limbes palesques…

    • yueyin dit :

      Oh je ne révèle rien qui puisse spoiler les histoires… je ne veux pas vous gâcher quoique ce soit. Cela dit ce sont des romans d’ambiance autant que des enquêtes policière 🙂

  3. Je me le réserve pour cet hiver, avec une tasse de thé au coin du feu, comme tu dis.

  4. leaila dit :

    très bon article mais je n’arrive pas a le voir en entier

  5. maggie dit :

    Je suis la seule à ne pas aimer cet auteur ? Pourtant, j’en avais entendu beaucoup de bien. J’avais l’imrpession qu’il y avait aussi un problème de traduction…

    • yueyin dit :

      Ma foi il en faut pour tous les goûts 🙂 et je ne pense pas que ce soit un problème de traduction, Louise Penny écrit en anglais mais elle est bilingue apparemment, j’ai lu certains de ses romans en anglais et le style est tout à fait comparable.

  6. Suzanne dit :

    Ah j’ai lu ton billet en diagonale car bientôt, je vais l’avoir en main. Il me tarde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *