Timeless

Deux ans après les événements décrits dans Heartless, la vie s’écoule raisonnablement routinière pour l’étrange famille recomposée de lord et lady Maccon. Du moins autant que faire se peut pour un clan de loups garous vivant porte à porte avec le vampire le plus fashion d’Angleterre. Bien évidemment cette situation trop tranquille ne peut guère durer et de fait arrive pour lady Maccon une convocation de la plus vieille des reines vampires ; une « invitation » qui va l’obliger à se rendre en Egypte, pays où son père a abondamment sévi et où d’étranges choses se passent inhibant la magie sur une portion de territoire qui semble s’étendre de plus en plus. Une bonne occasion pour notre très curieuse Alexia d’aller y voir de plus près…

Il est bien difficile en chroniquant ce cinquième et dernier tome du Parasol protectorate de ne rien trahir des opus précédents, d’autant que les lecteurs français n’en sont qu’au troisième sauf erreur, donc mystère et discrétion vous n’en saurez pas plus sur l’histoire. Laissez moi simplement vous dire que Gail Carriger a mis fort élégamment fin à cette série bit-victorienne décidément très réussie (Il semble cependant que certains personnages secondaires pourraient voir se développer leur propres aventures, n’est-ce pas plaisant ?), échappant ainsi au risque d’enlisement qui guette impitoyablement les oeuvres de ce genre (oui impitoyablement, je persiste et signe, c’est terrible de voir des personnages appréciés (et plus si affinité) se déliter de tome en tome, mon petit coeur tout mou saigne bien souvent). Bref cette fois ci le danger est lestement évité et ce dernier tome est tout aussi drôle, spirituel, vivant et bondissant que les précédents, la touche steampunk habituelle en sus. Le voyage en Egypte en compagnie d’une troupe d’artistes hauts en couleur (non vous ne saurez pas qui) est délicieux avec quelques jolis clins d’oeil au couple mythique d’origine, les Emerson. L’action à Londres, resté sous la vigilante protection de Lyall et Biffy, n’est pas oubliée permettant à ces personnages de se développer fort agréablement. Une jolie fin pour une série aussi drôle qu’originale. Réjouissant !

Timeless – The Parasol Protectorate #5 – Gail Carriger – 2012 – Orbit

Les avis de Fashion (revenu des limbes blogoresques, merci grand Tolkien) et Pimpi… et Chimère (qui m’a fait connaitre cette joyeuse série)

PS : J’aurais bien aimé que Gail carriger se fende d’un petit salut explicite à Amélia et Radcliffe Emerson, les personnages d’Elizabeth Peters qui ont inspiré Alexia et Conall. Avec ce tome en Egypte, c’était quand même l’occasion…

PPS : J’ai hâte de voir la prochaine série de l’auteure, si le personnage central est bien celui annoncé (non je ne vous dirais pas lequel) cela pourrait être tout aussi réjouissant…

 

Si vous avez manqué les épisode précédents :

Soulless

Changeless

Blameless

et on dirait que j’ai oublié de faire un billet sur Heartless, mea maxima culpa !

Ce contenu a été publié dans SFFF. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Timeless

  1. Chimère dit :

    Les bonnes choses ont toujours une fin et Madame Garriger l’a très bien compris. On se rejoint toutes visiblement sur ce dernier tome il semblerait

    • yueyin dit :

      oui je viens d’aller lire ton billet (et du coup je t’ai ajouté en lien :-)) tout pareil 🙂 j’ai essayé d’en dire le moins possible sur l’histoire pour celles qui en sont encore au trois mais c’était pas facile :-))))

  2. Le Papou dit :

    J’ai lu le premier et j’ai aimé et depuis je n’arrive pas à suivre…j ‘en ai trop, dans ma PAL et ne parlons pas de ma LAL qui bout à bout à dépasser la planète Mars.

     

    Le Papou

  3. Tina dit :

    Super billet. Qui donne bien sûr envie. Bon, tu te dépêches de me le prêter ? 🙂

  4. Karine:) dit :

    Je l’attends, je l’attends!  ET techniquement, c’est pour la semaine prochaine! ;))

  5. Turquoise dit :

    Je suis arrêtée page 54 du tome 1 depuis des mois…Je crois que ce n’est pas encore le bon moment pour moi…

  6. Cess dit :

    Pourquoi famille recomposée  ?
    Et sinon tu vois que tu t’en sors très bien : tu donnes envie sans rien dévoiler. 😀
    Un jour je commencerai la série d’Elizabeth Peters… j’ai les premiers tomes dans ma PAL !
    C’est vraiment aussi sympa que Sans Ame ?

  7. Je n’ai pas lu ce billet mais je suis allé lire ceux des 2 premiers tomes, j’ai adoré le premier tome, une lecture rafraichissante, qui change un peu du traintrain, bref très originale et très british  Le deuxième est déjà sur ma PAL et je suis presque sûre de lire toute la série…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *