Le mystère du labyrinthe

Second roman par ordre d’écriture sinon par ordre chronologique des aventure du Juge Ti, le mystère du labyrinthe reprend plusieurs aspects caractéristiques des romans chinois dont s’inspira l’auteur en particulier dans les débuts de la série.
Il s’ouvre sur l’arrivée du juge et de sa famille dans un nouveau poste, plus excentré que les précédents dirons-nous, en l’agrémentant d’un joli complot politique magistralement résolu (c’est le bien le moins) par notre juge.
Ce dernier doit ensuite faire face à trois affaires distinctes, dont chacune est à mon sens un petit bijou. Un meurtre en chambre scellée, un enlèvement insoluble et une sombre histoire de testament disparu mettent autant en valeur la perspicacité du juge que l’atmosphère ambigüe de cette ville frontalière peuplée en bonne partie de Ouigours et d’entrevoir les relations complexes tissées entre l’empire du milieu et ces peuples nomades du nord et de l’ouest qui finiront un jour par le conquérir avant d’y être absorbés.
Les lieutenants du juge n’ont peut-être pas encore la profondeur psychologique qu’ils atteindront par la suite mais on en apprend un peu plus sur le passé militaire de Tsiao Tai (mon personnage fétiche au cas où je ne vous l’aurais pas encore dit) et même sur Ma jong, dont l’avenir ‘conjugal » se dessine nettement. L’élément militaire plane  d’ailleurs sur tout cet opus où notre juge se trouve, presque au débotté, en position de défendre manu militari les frontières de l’empire.
Comme dans d’autres épisodes des « débuts », Van Gulik campe ici un personnage du temps plutôt réaliste, épris de justice et d’équité certes, mais aussi pour le moins conservateur et intolérant, en matière d’art et de barbares notament, et  n’hésitant pas à user de moyens que notre éthique moderne réprouve, tel les châtiments corporels voire la torture. Ces « défauts », qui n’en étaient pas à l’époque, ajoutent une touche d’humanité à ce formidable personnage et donne plus de vraisemblance au tableau vivant et coloré qui s’anime sous nos yeux. Ceci ajouté à une
galerie de personnages comme toujours fort bien troussés et à des intrigues subtilement retorses, nous donne tout bonnement un must !

L’avis de mon toujours très apprécié et très estimé frère-né-après-moi, Thom


Le mystère du labyrinthe – Robert Van Gulik – 1950 – 10/18

Dans les épisodes précédents
Les enquêtes du juge Ti
Trafic d’or sous les Tangs
Le paravent de laque
Meurtre sur un bateau de fleurs
Le monastère hanté
Squelette sous cloche
Le pavillon rouge
La perle de l’empereur
Le collier de la princesse
Assassins et poètes

Ce contenu a été publié dans Polar. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Le mystère du labyrinthe

  1. Thom dit :

    Allons allons. La torture est un peu passée de mode depuis quelques mois, mais elle encore de beaux jours devant elle 🙂

    • yueyin dit :

      zut alors surement pas, je refuse de penser ça… et d’ailleurs si le juge ti était de notre époque il penserait comme moi que ceux qui justifient ce genre de chose (ce qui n’est pas ton cas brother I know) sont des larves rampantes qu’on devrait bombarder d’excréments na !

  2. Xavier dit :

    oui, c’est comme la peine de mort. nul doute qu’il y aura un revival ! 😉

  3. Thom dit :

    Et je ne parle pas des châtiments corporels qui conservent malgré tout un franc succès dans certains hauts lieux de l’underground…

  4. Ankya dit :

    Coucou miss 🙂 je t’ai taguée sur mon blog 😉 bon weekend !

  5. Freude dit :

    Ah, on sent la passionnée dans ce superbe billet ! Je sens que les commentaires vont s’envoler ! Bon dimanche

  6. choupynette dit :

    et voilà le 7ème com!! Youhouuuuu c’est carrément la fête là!!

  7. Xavier dit :

    pas du tout déprimé, au contraire c’était un jeu de mot euh… christique… Mauvais j’en ai bien peur, puisque personne ne l’a saisi….

  8. anjelica dit :

    Tiens, le juge Ti par ici, comme c’est bizarre, rendons-lui hommage comme il se doit

  9. Anjelica dit :

    je t’avais bien dit que tu aurais droit à un GIF

  10. Thom dit :

    Euh… oui, le Juge Ti est civilisé, à quelques coups de fouets et travaux forcés près. Mais c’est vrai qu’à côté des magistrat chinois d’aujourd’hui il doit sans aucun doute être trop coulant…

  11. Soie dit :

    Voilà une série policière qu’il me plairait de découvrir, ça me changera un peu de l’Angleterre et des USA.
    Qu’est ce que le Golden Challenge ?

  12. Thom dit :

    C’est un challenge en or, puisqu’il réunit la fine-fleur des jugetimaniaques pour relire toute la série dans l’ordre chronologique 😉

  13. Soie dit :

    Merci pour le renseignement 🙂

  14. Ofelia dit :

    Ohlala! Un billet sur le juge Ti! Je ne m’y attendais pas du tout ()
    Longue vie au juge Ti, un chinois civilisé comme on n’en fait plus.
    (commentaire se voulant polémique pour tentative de lancement d’un débat)

    (tentative j’ai dit)

    • yueyin dit :

      hihi surptise par ce billet hein… tu ne savais rien d’un challenge quelquonque… bah c’est quand même bien aimable d’avir laisser un ti comm 😉
      et oui le juge est un homme  d’exception et fort civilisé pour son époque :-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *