Le fantôme du temple

Le fantôme du temple se déroule quelques mois après les évènements de Lan-Fang conté dans le mystère du labyrinthe. Notre juge, après avoir rétabli l’ordre avec panache sur son territoire, se languit quelque peu dans sa lointaine province. Heureusement la découverte d’un corps décapité près d’un temple abandonné, une étrange énigme dans une boîte et quelques désordres dans le quartier Ouigour vont venir à propos lui délasser l’esprit…
Le fait que ces deux enquêtes se suivent dans l’action alors que  plusieurs années séparent leur rédaction (chronologiquement il s’agit du second et du quatorzième opus) met en relief les changements introduits au cours des ans dans la construction des intrigues, Van Gulik se détachant peu à peu du modèle chinois traditionnel dont il s’était inspiré au plus près dans les premiers volumes.  Autant
cela ne se remarque en rien du point de vue de l’histoire et des personnage, autant du point de vue narratif, l’évolution est sensible ; l’introduction met desormais en scène le meurtrier alors qu’auparavant le prélude était toujours décalé dans le temps et un brin onirique, toutes les intrigues se révèlent faire partie d’une seule et même affaire en cours d’enquête, enfin la fin « judiciaire » mettant en scène la punition (jugement voire exécution) des méchants et la récompense des bons est supprimée au profit d’une scène d’explication privée plus proches dans l’esprit de certains romans policiers occidentaux.
De la tradition chinoise, cet épisode conserve outre une toile de fond grouillante de vie, le côté fantastique de l’atmosphère, ainsi que l’intolérance religieuse du juge envers le Bouddhisme. Van Gulik s’attachant ici à décrire la version tantrique du bouddhisme encore plus mal vu que ses autres avatars dans l’empire du milieu d’où il finira d’ailleurs par disparaitre pour perdurer plutôt dans la région du Tibet.
Pour l’essentiel, le fantôme du temple est un excellent roman qui supporte parfaitement d’être relu après le cultissime mystère du labyrinthe, seul Ma jong et le sergent aident le juge dans son enquête en l’absence de ses autres lieutenants et nous pénétrons, une fois n’est pas coutume, dans l’intimité de la vie conjugale au Yamen à l’occasion de l’anniversaire de la première épouse du juge mais aussi de l’implication, aussi discrète qu’involontaire, de sa troisième. Un très bon opus que j’ai relu comme toujours avec grand plaisir.

Sur ce, je cours lire l’avis de Thom… et exceptionnellement celui de notre guest star Xavier

Le fantôme du temple – Robert Van Gulik – 196? – 10/18

Dans les épisodes précédents
Les enquêtes du juge Ti
Trafic d’or sous les Tangs
Le paravent de laque
Meurtre sur un bateau de fleurs
Le monastère hanté
Squelette sous cloche
Le pavillon rouge
La perle de l’empereur
Le collier de la princesse
Assassins et poètes
Le mystère du labyrinthe

Ce contenu a été publié dans Polar. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Le fantôme du temple

  1. Thom dit :

    Eh bah on pourrait difficilement être moins d’accord……. 😉

    • yueyin dit :

      bah ça arrive de temps à autres mais là non, je ne suis pas d’accord avec toi :-)))) en même temps tant mieux pour moi, je me suis régalée avec cette relecture même si l’influence des polars occidentaux (dont dame agatha se fait plus sentir) 🙂

  2. Xavier dit :

    hello, j’ai un article manuscrit sur le fantome du temple. Me reste à le recopier sur ordi, et à le poster sur mon blog, ce qui va etre dur vu l’internet tout pourri qui sévit dans mon lieu de week end.
    tu vas etre contente, je suis plus de ton avis que de celui de Thom!
    je te préviens quend j’ai réussi ma mission….

  3. Xavier dit :

    voili, plutot que de commenter ton excellent article, je poste le mien ici:
    http://blinkinglights.musicblog.fr/1127516/JUDGE-DEE-GOLDEN-CHALLENGE-Le-Fantome-du-Temple/
    à plus…

  4. anjelica dit :

    Tiens revoilà ce fameux Juge TI que je salue bien bas

  5. Ofelia dit :

    Oooooh un billet sur le juge Ti! Allez les gens, on commente, on commente. Le juge Ti est notre ami et il faut l’aimer aussi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *