L’habitude des bêtes

Les loups sont revenus… Du moins on en voit trainer près des habitations et quelques carcasses d’orignaux ont été retrouvée très dévorés. Inhabituel autour de ce petit village du Saguenay, inhabituel et fâcheux car la saison de la chasse s’annonce et les prédateurs à deux pattes n’entendent pas partager leur proies avec l’ennemi ancestral. Alors que d’autres – les garde-chasses notamment – y voient la respiration du monde et l’assurance que les cycles continuent, certains villageois envisagent battus et pièges pendant que d’autres encore – à mille lieues de ces préoccupations –  sentent, impuissants, monter la tension…

Un nouveau Lise Tremblay, c’est toujours une excellente nouvelle… J’aime son écriture, son univers, sa manière d’envisager l’homme dans sa complexité sans complaisance mais avec une certaine tolérance. Déjà dans la Héronnière, elle me rappelait ce que disait Jim Harrison sur ces gens des villes qui croient que ceux des campagnes ne peuvent qu’être vrais et bons puisqu’ils sont proches de la nature alors qu’en fait ils sont frustres, violents, alcooliques et pire encore (à vrai dire il me semble que c’était beaucoup plus cru que cela mais je n’ai pas retrouvé la citation exacte). Sans être aussi cruelle, Lise Tremblay n’est guère indulgente avec ses personnages (qu’ils viennent des rangs ou des villes d’ailleurs). Il y a ceux qui regardent sans se mêler – l’ex dentiste Ouellette, notre personnage principal en plein examen de conscience, lui qui ne s’est jamais intéressé aux autres et donc jamais mêlé de rien, ceux qui luttent pour changer les choses persuadés qu’ils sont d’être dans le vrai, ceux qui redoutent les conséquences de tout changement certains que rien ne pourra y faire,  ceux enfin qui mordent pour que rien ne change… pourtant le changement est bien là, partout, dans la mort qui rôde, dans la nature qui respire, dans les loups qui chassent et les hommes qui passent.  Une galerie de personnages haut en couleurs, un cadre sublime – les monts et les bois du Saguenay, une belle réflexion, une écriture prenante : du Lise Tremblay en somme.  Inspirant !

L’habitude des bêtes – Lise Tremblay – 2017 – Boréal

L’avis très positif de la très merveilleuse et très fantabuleuse karine  qui m’a offert cet opus.

PS : La mauvaise nouvelle c’est que je crois que j’ai quasiment tout lu de l’auteure, la bonne nouvelle c’est qu’il me reste quand même Chemin Saint Paul à dénicher.

De la même auteure dans ces pages (mon préféré ce serait peut-être La pêche blanche, ou La héronnière, ou…)
L’hiver de pluie
La danse juive
La pêche blanche
La soeur de Judith
La héronnière

Publié dans roman québécois | 5 commentaires

Les étoiles de Compostelle

Au XIIIe siècle, Jehan le tonnerre, jeune membre d’une communauté d’essarteurs* en Morvan est irrésistiblement attiré vers le chantier de l’abbaye voisine. Il ne se lasse pas d’observer les constructeurs, charpentiers, maçons et tailleurs de pierre, ces enfants de Maitre Jacques ou Pédauques qui réalisent des merveilles et parle un langage parsemé de mots inconnus. Séduits par sa curiosité et sa vivacité, ceux-ci l’engagent comme apprenti charpentier – lapin dans leur sabir. Mais il lui faudra un long voyage sur le chemin des étoiles pour réaliser ce que signifie réellement être initié…

Quelle belle langue que celle d’Henri Vincenot, riche, précise et poétique à la fois ! Les étoiles de Compostelle est un récit initiatique à plus d’un titre, passage de l’enfance à l’âge adulte, apprentissage d’un métier et bien sûr initiation au compagnonnage dans toute sa dimension aussi bien ésotérique que technique, bien qu’ici les deux aspects ne puissent être séparés. Alors certes l’ésotérisme druido-maçonnique fleure un peu le XIXe à mon sens – peut être que j’ai trop lu sur les Celtes – mais la volonté d’absorption syncrétique de l’église chrétienne est bien là et ce fut un réel plaisir de suivre Jehan sur le grand chemin, au rythme des leçons exigées par son inextinguible soif de connaissances* sans parler de quelques belles visites – moi qui ne peut m’empêcher de visiter toute église à ma portée, je comprends ô combien l’itinéraire capricieux de son guide et d’ailleurs j’ai reconnu quelques lieux au passage. Dorénavant plutôt que visiter je dirais donc que je fais labyrinthe en y entrant… Itinérant !

Les étoiles de Compostelle – Henri Vincenot  – 1982 

*défricheurs

PS : en refermant ce livre, j’ai ressenti une grande envie de revisionner une des séries fétiches de mon enfance… Ardéchois coeur fidèle – bon c’est un compagnon menuisier et ça se passe au XIXe mais baste 🙂

Publié dans roman français | 11 commentaires

L’herbe verte, l’eau vive

« So. In the beginning, there was nothing. Just the water »

Quelque part il y a Coyote qui apprend l’origine du monde. Quelque part il y a quatre vieux indiens qui porte des noms bien trop célèbres. Quelque part il y a Blossom, Alberta* – une de ces petites villes où il ne se passe pas grand chose mais où on peut déguster toute sorte de recettes à base de chien – ou de boeuf, aller savoir  – au Dead dog café ; où une jeune femme se demande comment avoir un enfant sans céder au mariage, où Lionel voudrait bien être quelqu’un, Charlie qu’on le reconnaisse et Elie qu’un barrage disparaisse… Chacun affronte le monde et le temps à sa façon mais un soir, à l’approche du solstice d’été, Elie prend quatre vieillards en stop, quatre vieillards aux noms improbables et au propos décousus pendant que dans un hôtel psychiatrique tout aussi improbable, on s’interroge sur la disparition de quatre patients beaucoup trop vieux pour baguenauder et que quelques voitures sombrent lentement dans des flaques…

Dis comme cela, L’herbe verte, l’eau vive (allusion au terme des traités signés au XIXe siècle avec les tribus amérindiennes**) pourrait paraitre loufoque d’accord mais non c’est plutôt un conte qui tisse ensemble des histoires qui finissent par former la trame même du monde. Du moins tel qu’on le vit à Blossom à deux pas de la réserve Blackfoot ou bientôt va se tenir la Danse du soleil qui célèbre, régénère, rappelle la continuité de toute chose, les saisons, le temps, la vie, la mort. Une construction au cordeau, une poésie du quotidien, une écriture prenante, Thomas King signe un roman aussi fascinant et attachant que Medicine river qui m’avait charmée, c’est drôle, cruel, fantaisiste, très contemporain avec la touche de magie qui enchante tout. Réjouissant !

L’herbe verte, l’eau vive – Thomas King – 1993 – Traduit de l’anglais pat Hugue Leroy – 2005 – Albin Michel

*Canada oui oui

**There, beyond the limits of any State, in possession of their own, which they shall possess as long as Grass grows or water runs. I am and will protect them and be their friend and father. »
Président Andrew Jackson, USA, 1829

Publié dans roman canadien | 6 commentaires

Snobs

Quand la très belle et très roturière Edith Lavery annonce ses fiançailles avec le célibataire de plus convoité de la meilleure aristocratie anglaise (à l’exception des princes d’accord) le comte Broughton, c’est un petit émoi à parfum de scandale au pays de sa très gracieuse majesté. Jamais la comtesse douairière n’aurait pu imaginer un instant que son fils épouserait une femme dont elle ne connaissait pas la famille depuis toujours. Et tout le monde de chuchoter à l’envi, la nouvelle comtesse saura-t-elle tenir son rang et intégrer le très fermé microcosme de bonne société anglaise? Les paris sont ouverts et chacun attend avec impatience Cendrillon au tournant…  car après tout c’est bien d’un mariage d’intérêt qu’il s’agit, et à notre époque toute dévouée à la passion amoureuse, n’est-ce pas un tantinet risqué ?

Julian Fellowes aime à observer la société anglaise – l’aristocratie en particulier – avec la cruauté méticuleuse d’un entomologiste. Comme dans Gosford park en 2001, il choisit le regard d’un semi déclassé – homme de la bonne société devenu acteur – pour décaler le point de vue et nous offrir un regard à la fois intérieur – son narrateur est admis partout – et extérieur, en tant qu’acteur il comprend plus ou moins toutes les parties en présence, y compris notre Cendrillon-Edith qui deux ans après son mariage a eu le temps de se lasser et est prête pour de prévisibles scandales. C’est caustique, acide, parfois drôle, un brin détaché – la désinvolte élégance anglaise qui admet la passion mais répugne à tout sentimentalisme et pour tout dire joyeusement immoral et ce de façon tout à fait assumée. On retrouve avec plaisir la verve de l’auteur qui a fait merveille dans ses scénarios – en plus de Gosford Park, il est le scénariste et producteur de Downton Abbey. Bref un très bon moment de lecture plus ethnologique que passionnée sans doute – tout ces personnages sont si anachroniques (pourtant cela se passe bien dans les années quatre-vingt-dix) et si loin de mes propres préoccupations qu’il est bien difficile d’éprouver quoique ce soit pour eux – mais fort agréable. So british !

Snobs – Julian Fellowes – 2004 – traduit de l’anglais par Dominique Edouard – Le livre de poche 2008

Pour le plaisir des yeux, la bande annonce de Gosford park de Robert Altman – 2001

Publié dans roman britanique | 16 commentaires

L’Âme de l’empereur

Condamnée à mort pour tentative de vol, hérésie et surtout falsification, Shaï se voit proposer un marché qu’elle ne peut refuser – falsifier une âme dans le plus grand secret. Ce qui est non seulement un crime majeur, mais une falsification inédite et peut-être bien impossible d’autant qu’il ne s’agit pas de n’importe quelle âme. Cent jours pour s’imprégner de la personnalité d’un homme qu’elle n’a jamais vu, enfermée dans une petite pièce dont elle n’a jamais le droit de sortir – et tout en trouvant un moyen de s’échapper. Car Shaï ne s’y trompe pas, qu’elle réussisse ou échoue, elle n’en sortira pas vivante à moins que…

Brandon Sanderson est plutôt un habitué des pavés dit-on mais c’est par une novella que j’ai choisi de faire sa connaissance – tout juste 195 pages et menée de main de maitre. On y découvre un empire, ses intrigues, son art, sa philosophie à travers un huis-clos absolu – jamais Shaï ne sort de sa prison mais elle parle. En fait elle parle beaucoup, du moins chaque fois qu’elle en a l’occasion car la falsification suppose la connaissance et pour manipuler ses geôliers, il lui en faut beaucoup. C’est fin, subtil, teintée d’Extrême-Orient, le système magique est à la fois très technique, quasi scientifique et étrangement poétique. Les quelques personnages sont complexes voire ambigus, l’intrigue est fort bien menée avec d’agréables zones d’ombre (je déteste qu’on m’explique tout), une bonne dose de dilemme et une pincée de suspens. Ciselé !

L’âme de l’empereur – Brandon Sanderson – 2009 – traduit de l’anglais (USA) par Mélanie Fazi – 2012 – Le livre de poche – Prix hugo 2013 du roman court

 

Publié dans SFFF | 10 commentaires

La dent du serpent

Tout commença par un dimanche assez tranquille et une vieille dame un peu timbrée parlant des anges qui venaient faire des travaux chez elle en échange de quelques morceaux de poulet rôti et d’une douche de temps à autres. De jeunes sans-abri en héros de l’ouest légendaire relevé des morts, le shérif du comté le moins peuplé de l’état le moins peuplé des Etats-Unis ne pouvait certes pas deviner que cela l’amènerait à affronter des adversaires redoutables dissimulés autant sous la parole divine que derrière des armes lourdes…
C’est toujours un plaisir de retrouver Walt Longmire, son meilleur ami Henry Ours debout et sa volcanique adjointe Vicky. Cette fois l’intrigue m’a paru quelques peu embrouillée, sans doute ne suis-je pas assez familière des affaires pétrolifères ; cela dit j’avais deviné ce que tramait les méchants, je dois avoir mauvais fond. Pour autant j’ai comme d’habitude apprécié l’atmosphère et le cadre du récit, tellement ouest profond, tout comme la touche historique et la bizarrerie inhérente à l’esprit Longmire. Comme j’aime moins l’action échevelée que la plupart des lecteurs, je continue a trouver certains faits d’arme un peu surjoués mais nonobstant j’ai passé un très bon moment dans le comté d’Absaroka. Western !
La dent du serpent – Craig Johnson 2013 – traduit de l’américain par Sofia Aslanidès – Gallmeister 2017

Dans les épisodes précédents (je n’ai évidemment pas tout chroniqué mais j’ai tout lu) :
Little bird
Le camp des mort
L’indien blanc
steamboat

Publié dans Polar, Roman américain | 10 commentaires

Midnight Texas

La petite bourgade de Midnight au Texas – deux rues, un croisement, un feu rouge, une demi-douzaine de boutiques – a tendance à attirer des gens atypiques et on y respecte la vie privée des autres : pas de questions indiscrètes et une tolérance de bon aloi. Un bon endroit pour Manfred dit l’incroyable Manfredo ou Bernardo l’extralucide qui, entre sa voisine tenant une boutique Wicca et l’étrange mont-de piété de son propriétaire – tenu la nuit par un locataire qu’on ne voit jamais de jour, s’y sent tout de suite parfaitement à sa place. Les petites bizarreries alentour lui semblant plus intéressantes qu’inquiétantes et en tout cas garantes de sa tranquillité. Pourtant en matière de bizarrerie, Midnight lui réserve encore quelques surprises, et pas toujours tranquilles…
En explorant les arcanes de Netflix, je suis tombée par hasard sur la série Midnight Texas qui m’a rappelé que de temps à autres un peu de bit-lit (bit-movie ?) me plaisait bien. Et comme quand on aime on ne compte pas, je suis – aussitôt pensé, aussitôt fait – partie à la recherche des livres dont la série s’inspirait – en l’espèce une trilogie de Charlaine Harris (bien connue pour sa Communauté du sud adapté sous le nom de True Blood) et hop me revoilà côtoyant, mediums, vampires, garous et autres sorcières – j’ai toujours rêvé d’être une sorcière même bien avant de visiter Poudlard.
Et bien croyez-le ou non, ce fut fort agréable, les romans de Charlaine Harris valent plus par leur atmosphère et leurs personnages que par l’action proprement dite, ce qui me convient très bien. Après la chaleur poisseuse de Bon Temps, l’ambiance sèche et poussiéreuse de Midnight est fort bien rendue et les personnages m’ont semblé plutôt meilleurs que ceux de ses précédentes séries – moins spectaculaires sans doute mais aussi moins caricaturaux, plus discrets voire secrets (j’aime que les personnages ne déballent pas leur jardin secret trop vite) mais non moins intéressants. Bon on croise bien une ou deux personnes de connaissance quand même mais c’est anecdotique. Les intrigues sont bien vues et vont crescendo au long des trois romans – voui il y a plus d’action dans le second et encore plus dans le troisième pour ceussent qui aiment – pour finir en feu d’artifice surnaturel – classique mais toujours efficace ; un bon cru pour les amateurs du genre. Dépaysant !
Midnight Texas -1 Simples mortels, passez votre chemin 2014- 2 Les esprits se déchainent 2015 – 3 Nuits blanches à Midnight 2016 – traduit de l’anglais (USA) par Anne Muller – J’ai lu
PS : La série créée par Monica Owusu Breen pour Universal date de 2017 et compte pour l’instant une seule saison de dix épisodes. L’histoire est suffisamment différente des romans pour qu’on puisse apprécier les deux et le casting est plutôt sympa. Cela dit ne cherchez pas la puissance transgressive et sulfureuse de True Blood, elle n’y est pas mais ça se laisse regarder et si la saison 2 est tournée, j’en serait ravie.
PPS : J’ai découvert bien d’autres bizarrerie en trainant sur netflix, je vous en reparlerai tiens…

Publié dans SFFF | 4 commentaires

À toi

« Ils se sont rencontrés un soir dans un hôtel de Monaco. Au petit déjeuner, ils se sont racontés. Et puis elle est repartie à Montréal et il a regagné Ramallah.
Ce livre est la suite de leur conversation. »

Tout d’abord il parait juste d’avouer que j’aime les livres épistolaires d’amour. Tout à commencé il y a longtemps, très longtemps avec Choderlos et depuis cela ne m’a jamais quitté quelles que soient les formes étranges que ce genre ait pu prendre depuis. Vous parlerais-je de mes lectures en boucle de 84 Charing cross road  ? Ma fille m’a même offert un roman tout en sms, Maman, très drôle et finalement bien plus émouvant qu’attendu. Tout cela pour dire que j’étais un public cible et type pour ce roman – ce récit, cet échange – choisissez votre terme. D’autant que j’ai déjà lu trois ouvrages de Kim Thùy et qu’ils m’ont tous enchantée. Tout cela fait beaucoup et je me demande encore comment À toi, publié en 2011, a pu échapper à mon radar mais baste. Si je comprends bien, les deux épistoliers dont il est ici question savaient ce qu’ils faisaient en s’écrivant, dès le départ ce coup de foudre amical de deux écrivains devait trouver sa voie pour l’édition et je dois dire que ça marche ! Il y a de l’amitié dans ces courriels, de l’actualité si l’on peut dire – ainsi Ramallah est une vraie ville où l’on peut s’installer par amour d’une italienne ?* – de la poésie aussi, beaucoup, et une grande humanité dans le regard que portent ces deux globe trotteurs – l’une réfugiée, l’autre fils de réfugiés (non que je veuille les réduire à cela mais c’est important pour moi) – sur le monde et, surtout et toujours, sur les gens qu’ils rencontrent. Un livre qui donne envie de trouver quelqu’un à qui écrire la poésie – serait-elle cruelle – du quotidien. Amical !

À toi – Kim Thùy et Pascal Janovjac – 2011 – Libre expression

L’avis de Karine qui a aimé elle-aussi

de Kim thuy dans ces pages
Vi
Mãn

Publié dans Québec en novembre, roman québécois | 11 commentaires

Tsunamis

Jean-Nicholas Legendre, reporter de terrain chevronné et passionné, a vu sa vie ravagée par un drame dont il se sent en partie responsable. Seul son métier le raccroche encore à la vie et quand sa rédaction décide en 2004 de l’envoyer au Sri Lanka couvrir les dégâts du terrible Tsunami de noël qui fit des centaines de milliers de morts, il y voit une façon d’oublier ses angoisses dans l’action. Sur place, il va plus loin que ses confrères s’entêtant à obtenir  un laissé-passer pour la partie de l’île tenue par les indépendantistes tamouls et une interview avec l’un de leurs dirigeants. Dans ce pays ravagé à la fois par la guerre civile, la racisme et les éléments – en l’espèce une vagues de plusieurs dizaine de mètres de haut, Jean-Nicholas va devoir faire face à ses propres démons…

Tsunamis est le quatrième roman de Michel Jean que je lis et je l’ai trouvé différent des précédents, moins tournés vers l’intime et l’émotion et plus vers l’action et le journalisme d’aventure. Non que la réflexion en soit absente, loin de là mais dans une autre tonalité. Crapahutant dans la jungle, encadrée de soldats en armes, je me suis revue soudain à vingt ans plongée dans Larteguy  (lit-on encore Larteguy, je me le demande), un écrivain pourtant aux antipodes de mes idées, mais qui avec un vrai talent de conteur savait restituer cette complexité du terrain qui fait fi des obscénités de la politique pour s’intéresser aux « vrais gens », à leur souffrance, leurs raisons, leurs histoires… Et c’est bien ce qui charme dans Tsunamis, cette façon de se pencher sur les Sri Lankais, qu’ils soient tamouls ou cinghalais, avec humanité et de voir derrière les luttes qui déchirent les hommes, les échos d’autres luttes en d’autres lieux. L’histoire elle-même est sans doute légère et la fin un peu – euh – rapide mais l’ensemble est un plaisir de lecture.  Efficace !

Tsunamis – Michel Jean – 2017 – libre expression

PS : Je suis tombée par hasard sur une critique de ce roman par un journaliste – dont par compassion je tairais le nom, qui lui reprochait de manquer de sel, de sexe et de violence… j’avoue que les bras m’en sont tombés… et un journaliste encore ! mais enfin vous êtes prévenu, c’est un roman journalistique pas du racolage.
PPS : Michel Jean a vécu une partie des événements qu’il décrit, y compris l’interview d’un Tigre tamoul dans son bunker en zone controlée avant la reddition des sécessionnistes. Ceci explique sans doute l’authenticité du décor…
PPPS : Mon préféré de l’auteur reste encore et toujours Elle et nous que je ne saurais trop vous conseiller

l’avis de karine qui a aimé elle aussi

du même auteur dans ces pages…
La belle mélancolie
Elle et nous
et je m’aperçois avec horreur que je n’ai pas chroniqué Le Vent en parle encore mais karine si

 

Publié dans Québec en novembre, roman québécois | 4 commentaires

L’hiver de pluie

« Ceux qui marchent ne croient plus qu’ils existent. Ils sont en entier engloutis par ce qui les entoure. »
La femme qui marche, la femme qui se tait, la femme qui écrit parfois des lettres et des histoires que personnes ne lira jamais. Pendant tout un hiver – un hiver sans neige – la narratrice nous compte sa dérive, dérive intérieure, dérive silencieuse qui s’inscrit dans la ville – le vieux Québec, rue après rue, café après café, où elle croise d’autres abandonnés de la vie qui, comme elle, ne savent plus que marcher, marcher et encore marcher pour s’oublier.
L’hiver de pluie est le premier roman de Lise Tremblay et on y trouve déjà son écriture ciselé entre trivialité et poésie ; les gestes les plus ordinaires de la vie – et d’une vie à la marge, entre précarité et oubli de soi, acquièrent un semblant de lumière auquel on pense se raccrocher avant de le voir s’évanouir au détour d’une absence. Ce premier texte annonce des thèmes que l’on retrouve dans l’œuvre de l’auteure, hantise de l’écriture, dégoût de soi et de son corps, incompréhensions familiales, solitude enfin. Un texte en camaieu de gris glacé qui nous renvoie à tous ceux qui grelottent là dehors, oubliés, ignorés par nos sociétés d’abondances. Entêtant !
L’hiver de pluie – Lise Tremblay – 1990 – XYZ éditeurs
De Lise Tremblay dans ces pages…
 
Publié dans Québec en novembre, roman québécois | 12 commentaires