Le juge Ti à l’oeuvre


Tout a une fin, même nos relectures communes, à Thom et moi-même, de l’ensemble des enquêtes du Juge Ti Jen Tsie, écrites entre 1948 et 1967 par Robert Van Gulik – de Dee gong an (trois affaires résolues par le juge Ti) traduction d’un vieil ouvrage chinois, à la rédaction d’Assassins et poètes.
Ce dernier ouvrage rassemble huit nouvelles assez courtes dont l’action est répartie sur les quatre premiers postes du Juge, soit sur une durée d’une dizaine d’année. Dans la première, Cinq nuages de félicité, notre juge se demande s’il doit oui ou non épouser Mademoiselle Tao rencontrée dans Trafic d’or sous les Tangs et revue plusieurs fois ensuite sous le nom de madame troisième, dans la dernière Meurtre au nouvel an, il administre encore sa lointaine ville frontalière de Lan fang, où se déroule notament le sublime Mystère du labyrinthe.
Je n’aime pas beaucoup les nouvelles en général, avec une exception notable pour les longues nouvelles ou courts romans tels ceux réunis dans Le singe et le tigre. Les courtes histoires me laissent toujours sur ma faim car elle ne donnent pas aux personnages le temps de se développer suffisament. Et c’est bien ce que je pourrais reprocher aux intrigues du présent recueil, il leur manque à mon sens une partie de ce qui fait l’exceptionnel intérêt des oeuvres de Van Gulik, un décor minutieusement vivant et des personnages secondaires remarquables. Pour autant elles ne sont pas sans intérêt pour qui vient de relire l’intégrale des aventures du magistrat car elles permettent non seulement de retrouver notre bien aimé personnage dans quelques situations cocasses mais aussi de reconnaitre certaines situations développées ensuite dans les romans, la victime des Cinq nuages de félicité rappelle forcément celle du Paravent de laque, tout comme la sourde muette du Passager de la pluie semble une esquisse de la Safran d’Assassins et poètes. Les cercueils de l’empereur permet à Van Gulik de brosser à la fois un beau portrait de militaire, le général borgne est truculent, et celui d’une prostitué de caractère comme il en le secret… disons que cette lecture est peut être à réserver aux admirateurs déjà conquis qui trouveront sans doute agréable de suivre une fois encore notre très aimé juge. Pour moi je l’étais déjà, conquise !

Pour la dernière fois, l’avis de mon estimé frère-né-après-moi, Thom!

Le juge Ti à l’oeuvre – Robert Van Gulik – 10/18

Dans les épisodes précédents
Les enquêtes du juge Ti
Trafic d’or sous les Tangs
Le paravent de laque
Meurtre sur un bateau de fleurs
Le monastère hanté
Squelette sous cloche
Le pavillon rouge
La perle de l’empereur
Le collier de la princesse
Assassins et poètes
Le mystère du labyrinthe
Le fantôme du temple
L’énigme du clou chinois
Le motif du saule

Meurtre à Canton

Le singe et le tigre

Ce contenu a été publié dans Polar. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Le juge Ti à l’oeuvre

  1. Marie dit :

    Je n’en avais lu qu’un : Le pavillon rouge. Mais tu me donnes envie de découvrir les autres aventures du juge Ti ! 

    • yueyin dit :

      Le pavillon rouge est très bien, mais je te déconseille de reprendre par celui là, il y en a de bien meilleurs, comme le squelette sous cloche ou le mystère du labyrinthe 🙂

  2. Isil dit :

    He mais je l’ai lu celui là . Je n’avais pas assez aimé pour continuer ma découverte du Juge Ti cependant mais comme toi, je ne suis pas très fan des nouvelles en général.

  3. Thomas dit :

    Ah mais oui ! On pense pareil !

    Il aura fallu attendre la dernière minute 🙂

  4. Isil dit :

    Pfff, tu me presses alors que tu ne remarques même pas que j’ai écrit mon commentaire presque le moins inutile depuis le début du challenge, vexée je suis comme dirait notre maître. Tiens pour la peine, tu devras encore attendre pour mon avis sur le Juge Ti… deux ou trois mois… le temps que je rédige tous mes billets en retard.

    • yueyin dit :

      merccciiiii iil d’avoir régulièrement commenté ce challenge qui, il faut le dire, n’a pas intéressé grand monde, merci merci merci merci merci ô grande et sage Isil 🙂

  5. Isil dit :

    Bon ok, deux mois alors 😉

    • yueyin dit :

      hihi c’est toujorus ças de gagner, comme ça tu pourras faire un billet pour deux romans :-)))) tu trouves que j’ai fait léger dans le superlatif : Ô grandissime et sagissime Isil ça sonnerait mieux non ? ou alors soeur-née-après-moi ?????

  6. Isil dit :

    Ah oui, les superlatifs me vont bien au teint, Ô reine du superlatif !

  7. Isil dit :

    Heu au fait, deux romans à commenter d’un coup? J’ai peur de comprendre… ma Pal ne te dit pas merci.

  8. Turquoise dit :

    Ah, zut ! « Le pavilon rouge » est dans ma PAL (parce que c’est le seul titre qui ne soit pas des nouvelles que j’avais trouvé chez mon libraire…), et tu dis qu’il vaut mieux commencer la découverte des aventures du Juge Ti par un autre ! Je vais donc suivre ton conseil, car vu mon peu d’intérêt pour les policiers, il vaut mieux que je me gâche pas la lecture !

    • yueyin dit :

      Oh tu peux commencer par le pavillon rouge turquoise – il est très sympa, je me suis mal exprimée, je voulais dire qu’il valait mieux éviter de commencer par les nouvelles :-))))
      bonne lecture

  9. choupynette dit :

    8!! (et avec le mien 9)… record de coms?? Voilà en tout cas un challenge rondement mené :)))

  10. Karine:) dit :

    Pas très fan des nouvelles… et j’hésite encore avec ce juge!!!!  Hé oui, tu bats ton record de comms???

  11. dasola dit :

    Bonjour yueyin, j’ai lu quelques enquêtes du Juge Ti. Ce fut un vrai plaisir de lecture.  C’est dommage qu’il n’y en ai pas eu plus par l’auteur original . Bonne fin d’après-midi.

  12. Anjelica dit :

    une nouvelle fois, je salue bien bas ce juge TI

  13. Joelle dit :

    Je commencerai donc par un autre titre pour découvrir cette série ! Et je profite de mon passage pour te souhaiter une excellente anné 2010 🙂

  14. Anjelica dit :

    Je tenterais bien ton juge TI si tu as le 1er tome chez toi ? Bisous et bon week-end.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *